bruxelles | bangkok | brasilia

de A à Z, le monde en musiques


Leave a comment

Bermudes (I) – calypso

L’archipel des Bermudes se trouve un peu perdu dans l’Océan Atlantique, à l’est de la Floride et est toujours sous domination britannique. La culture est un grand mélange d’influences indigènes, des Caraïbes et anglo-saxonnes. Après la seconde Guerre Mondiale, les îles ont connu un boom touristique et c’est à cette époque que le calypso a été introduit, venant de Trinidad et Tobago. Il existe également une tradition similaire au goombay des Bahamas, appelée gombay.

Les Talbot Brothers ont commencé à chanter en 1942 et ont fait des tournées aux États-Unis dans les années 1950, interprétant des chansons en style calypso.

Talbot Brothers – Yellow bird

 

Advertisements


Leave a comment

Belize (I) – brukdown

Le Belize est un petit pays d’Amérique Centrale, situé au sud du Mexique et à l’est du Guatemala, avec une côte donnant sur la Mer des Caraïbes. C’est le seul pays de la région dont la langue officielle est l’anglais (le pays a été une colonie britannique jusqu’en 1981) mais l’espagnol et le créole sont aussi parlés. Les influences des différents groupes de population (Créoles, Mayas, Garifuna…) se font sentir dans les musiques. Les Mestizo, un mélange entre Mayas et conquérants espagnols, jouent comme dans les pays voisins de la marimba. Le commerce des esclaves a amené les influences d’Afrique de l’Ouest et les rythmes des Caraïbes créant un nouveau style spécifique au Belize, le brukdown, assez proche du calypso. Il intègre également des influences occidentales avec l’usage d’instruments comme le banjo, la guitare, l’accordéon.

Mr Peters & his Boom & Chime – Promis Lan


Leave a comment

Barbade (I) – calypso

La Barbade est une île et un micro-état des Petites Antilles, situé à la frontière de la mer des Caraïbes et de l’Océan Atlantique, relativement proche de l’Amérique du Sud. Indépendante du Royaume-Uni depuis 1966, elle fait encore partie du Commonwealth. La musique de la Barbade est, comme pour les îles voisines, un mélange d’influences européennes, britanniques et africaines. La culture locale est souvent nommée “banja”, tout comme le calypso des origines, pré-années 1930. Il était joué par les habitants des villages mais aussi par des ménestrels itinérants. Dès le milieu du 20e siècle, l’influence des pays voisins et de toute l’Amérique se font sentir et le calypso n’est plus aussi bien considéré. Certains chanteurs et groupes perpétuent cependant la tradition, comme Mighty Gerry et Lord Radio and the Bimshire Boys.

Mighty Gerry – Candy brandy

Lord Radio & The Bimshire Boys – Place in the world

 http://www.youtube.com/watch?v=u1UK1atLsQc

Rendez-vous la semaine prochaine pour les musiques de la Belgique !


Leave a comment

Bahamas (II) – goombay/calypso

La musique junkanoo est interprétée entre autres avec des tambours goombay mais ce mot désigne également un style de musique basé sur les percussions. Alphonso “Blind Blake” Higgs l’intégrait au calypso et jouait à l’aéroport de Nassau pour accueillir les touristes. Et dans le morceau suivant, il marie le tout à du rock !

Blind Blake – The Goombay Rock

Rendez-vous la semaine prochaine pour les musiques de Bahreïn !


2 Comments

Sur la platine (Décembre 2008 – I)

Encore un mois passé à toute vitesse, mais non sans quelques découvertes / confirmations:

Boom Pam: Puerto Rican nights: ou si Dick Dale (et sa guitare surf) s’était aventuré dans les Balkans et en Méditerranée. Avec un bon gros son de tuba pour ponctuer le tout.

Tagaq: Auk/blood: bientôt dans la Sélec 3, chant de gorge inuit contemporain. Album viscéral et aux ambiances fantomatiques.

Lydia Mendoza: The best of. La alondra de la frontera: la reine de la musique tejano, aux sonorités mexicaines un peu rétro.

Yom: New king of klezmer clarinet: un pochette digne d’une star de rock ou de techno, un clin d’oeil en fait à la personnalité excentrique et extravagante du clarinettiste klezmer Naftule Brandwein.

Erwan Keravec: Urban pipes: expérimentation sur les sons de la cornemuse, dévoilant toutes ses facettes.

Murat Aydemir: Murat Aydemir: solo de tanbur, dans des compositions et dans l’interprétation de grands maîtres.

Deux albums montrant la vitalité du folk anglais actuel: Faustus: Faustus et Spiers & Boden: Vagabond, tous deux sur l’excellent nouveau label Navigator. Nouvelle chanson traditionnelle anglaise.

Deux albums fantastiques pour la musique et pour les informations dans les livrets (et accessoirement pour leurs titres à rallonge): Orchestre Poly-Rythmo de Cotonou: The vodoun effect 1972-1975. Funk & sato from Benin’s obscure labels (Analog Africa No.4): afro funk du Bénin basé sur des rythmes vaudous et Franco & le TPOK Jazz: Francophonic. Africa’s greatest. A retrospective vol. 1: 1953-1980: Franco et la rumba africaine dans toute sa splendeur.

La déception du mois:

Calypso Rose: Calypso Rose: annoncé comme le Buena Vista Social Club (aïe) du calypso, c’est finalement un album trop produit qui est bien plus reggae, ska ou soul que calypso.