bruxelles | bangkok | brasilia

de A à Z, le monde en musiques


Leave a comment

Chili (I) – Mapuche

Long pays d’Amérique du Sud, le Chili possède une immense côte sur l’Océan Pacifique et est bordé par le Pérou, la Bolivie et l’Argentine. Ancienne colonie espagnole, il a obtenu son indépendance en 1808. Le coup d’état du 11 septembre 1973 place Augusto Pinochet à la tête du pays et s’ensuit une période de dictature militaire très dure, qui aura des répercussions dans le monde musical. Une transition vers la démocratie s’est effectuée à partir de 1990. Le paysage est très divers: des régions andines au désert de l’Atacama, des plaines centrales où se concentre la population à la Terre de Feu et à l’Antarctique.

Peuple amérindien habitant dans le centre du pays, les Mapuche ont longtemps combattu l’envahisseur espagnols mais leurs terres ont été progressivement volées, ce qui a causé leur sédentarisation. N’ayant jamais été en contact avec les Incas, leur musique ne connait aucune influence andine. Elle est basée sur des percussions, des instruments à vent comme des trompes, des guimbardes… et il existe de nombreux chants de chamanes qui ressemblent à ceux de Sibérie. La vidéo suivante propose un long montage de ces différentes musiques.

Chile Mapuche music:

Advertisements


Leave a comment

Botswana (I) – Bushmen

Le Botswana est un pays d’Afrique australe sans accès à la mer et entouré de la Namibie, la Zambie, le Zimbabwe et l’Afrique du Sud. Son nom vient de l’ethnie principale qui y vit, les Tswana. Indépendant depuis 1966, c’est un des pays les moins corrompus d’Afrique et qui entretient des relations commerciales étroites avec l’Afrique du Sud. La musique est importante dans la société, bien que peu connue hors des frontières, et va des styles les plus traditionnels au plus contemporains, en passant par la musique religieuse des chœurs d’église. Dans le désert du Kalahari vivent les Bushmen, qui ont une culture très ancienne, préhistorique même. Le clip suivant montre une danse de guérison avec transe et contact avec les esprits et une interview avec le guérisseur.

San (Bushman) healing dance Botswana Africa


Leave a comment

Bhoutan (I) – musique traditionnelle

Petit pays du sud de l’Asie sans accès à la mer, le Bhoutan est situé dans l’est de l’Himalaya, entre l’Inde et la Chine. Pendant longtemps, son roi a préféré l’isolationnisme, n’acceptant que très peu d’étrangers sur son territoire. Aujourd’hui la monarchie absolue s’est transformée en monarchie constitutionnelle et le pays s’ouvre un peu plus au monde. Les musiques sont comme dans les régions voisines fortement influencées par le bouddhisme tibétain qui est d’ailleurs religion d’état. Il existe existe également des musiques populaires, des chants de cour raffinés (zhungdra) et des chansons plus légères (bödra). L’ouverture du pays a provoqué un certain rejet de ces musiques et l’invasion de styles indiens et occidentaux pas toujours très réussis.

Le premier exemple présente Jigme Drupka qui perpétue les traditions.

Jigme Drukpa – Kuzu-zangpo, un chant bödra à propos de l’alcool local ara, accompagné notamment au luth dranyen local: le clip a été supprimé de youtube.

Jigme Drukpa – Chant d’adieu

 


Leave a comment

Belgique (I) – rommelpot

Petit pays d’Europe de l’Ouest, la Belgique est l’endroit où je vis. Cette série d’articles est donc plus compliquée pour moi à réaliser parce que je connais assez bien ce qui s’y passe en musique traditionnelle ou pas. Et parce que je sais très bien ce que je n’aime pas, notamment tous les groupes néo-trad d’aujourd’hui. Bref ma sélection sera très personnelle et absolument pas exhaustive. Je ne tiendrai pas compte non plus du clivage Flamands/Wallons/Bruxellois qui complique toujours les choses. Mon premier exemple est consacré à un instrument traditionnel local un peu bizarre, le rommelpot. C’est un genre de pot dans lequel est inséré un bâton qu’on remue et qui fait “pouet” ou “prout”. Certains artistes interprètent des chansons en s’accompagnant de cet instrument. Voici un court morceau de 18 secondes, suivi d’un autre un peu long, venant du disque Belgique – België: ballades, danses et chansons de Flandre et Wallonie (1).

M. Swans, ‘k heb zo lang met de rommelpot gelopen (1958) suivi de Felix Van Eeckhoute, Drie koningen met ene ster (1953):


Leave a comment

Bangladesh (I) – Murung

Le Bangladesh a été créé en 1947 après la partition des Indes. Situé le long du Golfe du Bengale, il est quasi enclavé par l’Inde mais a également une petite frontière avec la Birmanie. C’est un des pays les plus densément peuplés du monde. Le territoire est constitué d’une grande plaine fertile, autour des deltas du Gange et du Brahmapoutre et est souvent sujet à des cyclones et inondations. La musique du Bangladesh est évidemment assez proche de celle de l’Inde, notamment pour les musiques classiques basées sur le système des ragas. Les différentes ethnies ont de leur côté leurs propres traditions mais très peu sont représentées sur des enregistrements. J’ai cependant eu un coup de cœur pour les orgues à bouche des Murung, un disque (1) qui reste parmi mes favoris de tous les temps. Bien qu’il s’agisse de musique tout à fait traditionnelle, elle me rappelle très fort la musique classique répétitive et minimaliste à la Philip Glass ou Michael Nyman. Je vous mets deux extraits du disque, l’un instrumental, l’autre avec du chant.

Orgues à bouche des Murung, Chant et rina plung (plage 2)

Danse de sacrifice (plage 3)

 


Leave a comment

Argentine (I) – Selknam

L’Argentine, grand et long pays d’Amérique du Sud, est synonyme dans la tête de beaucoup de monde de tango. Bien qu’un article y sera consacré, je parlerai de plein d’autres styles, anciens et modernes, traditionnels ou pas.

Avant l’arrivée des Européens en Amérique Latine, le continent était habité de peuples indigènes. Il en va de même en Argentine. Je parlerai ici du peuple Selknam habitant la Patagonie et la Terre de Feu. Pourquoi eux ? Parce que les disques Folkways ont publié deux LP (1) d’enregistrements d’une des dernières représentantes de l’ethnie, aujourd’hui disparue. Les Selknam ou Ona étaient des chasseurs nomades d’origine amérindienne, parlant une langue locale de Patagonie. A partir de 1880, les propriétaires terriens ont commencé à clôturer leurs domaines, leurs estancias, pour permettre l’élevage des ovins, et supprimant donc la possibilité  pour les Selknam de nomadiser librement. Ils se sont rebellés, tuant les moutons, mais la force était du côté des colons qui n’ont pas hésité à pratiquer le génocide avec le soutien de l’armée. Ils se sont réfugiés sur leur terre d’origine, en Terre de Feu mais famines et épidémies ont fait le reste.

L’ethnologue franco-américaine Anne MacKaye Chapman a enregistré Lola Kiepja en 1966. Cette chamane interprète des chants traditionnels de son peuple. Ces chants sont bruts, rudes mais aujourd’hui disparus. Le clip reprend l’album dans son intégralité. Pour plus d’informations sur les plages, voir (1).

Ce film muet a été tourné en 1928 et montre quelques pratiques de la vie quotidienne: