bruxelles | bangkok | brasilia

de A à Z, le monde en musiques


2 Comments

78 tours (Sur la platine 2011 – IX)

Les dernières années ont vu beaucoup d’éditions de cd compilant des 78 tours du monde entier. La quantité diminue un peu mais voici deux disques récents, un pour l’Afrique de l’Est, l’autre plus global.

Something is wrong. Vintage recordings from East Africa: enregistrements des années 1938 à 1957 au Kenya et en Ouganda, pressés par EMI dans la série HMV MA. Disques estampillés de “native records”, destinés non aux coloniaux mais bien à la population locale africaine. Musique populaire, traditionnelle, portant en elle les germes d’une évolution plus urbaine qui viendra dans les années 50 au contact des disques venant des Caraïbes et des Etats-Unis et des musiciens congolais. La plupart des musiciens n’étaient pas des professionnels mais bien des hommes appartenant à la communauté à qui on demandait de jouer pour différents rituels ou fêtes. Les deux disques proposent des interprétations toutes simples de musiciens itinérants, des ensembles de chanteurs avec percussions et du taarab, une musique fortement influencée par le monde arabe et indien. Livret très complet essentiel pour en apprendre plus sur ces musiques et leur évolution actuelle. Un disque pas toujours facile à écouter mais passionnant ! (Honest Jon’s) 8/10

Unheard ofs & forgotten abouts – Rare and unheralded gramophone recordings from around the world (1916-1964): 78 tours de la collection de Frank Fairfield qui a sorti il y a quelques mois un disque d’old time à l’ancienne. Belle collection de morceaux du monde entier, avec des notes expliquant chaque plage. A écouter en compagnie de certains disques sortis chez Dust to Digital (Black Mirror, Victrola Favorites) ou chez Honest Jons (Sprigs of time). (Tompkins Square/ Pawn Records, en écoute sur We7) 7,5/10

Advertisements


Leave a comment

Sur la platine: Africa in the seventies (essai de rattrapage III)

Bola Johnson, Man no die: highlife et palm wine music, avec touches d’afro-blues, funk et beat. Interprétant des styles plus anciens que l’afrobeat de Fela Kuti, Bola Johnson a néanmoins eu un rôle assez actif sur la scène musicale de Lagos à la fin des la fin des années 60 et au début des années 70. (Vampi Soul, sur We7, entre autres) 7/10

Segun Bucknor, Who say I tire: afrobeat de la même époque que Fela Kuti, sans avoir rien à envier au maître. Avec textes politiques ou sociaux. (Vampi Soul, sur We7) 6,5/10

Analog Africa No.8: Afro-beat airways. West African shock waves 1972-1979: encore un excellent disque avec livret extraordinaire sur les musiques du Ghana et du Togo dans les années 70. Afrobeat et afrofunk. (Analog Africa) 7,5/10


Même époque mais autre région pour le disque suivant. Moins funk mais non moins entraînant.

D.O. Misiani and Shirati Jazz, The king of history. Classic 1970s benga beats from Kenya: le disque idéal pour comprendre quelle musique a influencé des groupes comme Vampire Weekend. Le benga, style très populaire dans les années 50-70, est une musique jouée par le peuple Luo du Kenya, intégrant des rythmes de guitare assez hypnotiques et frénétiques et ponctués par des lignes de basse syncopées. D.O. Misiani et le Shirati Jazz sont des interprètes très importants pour leur époque et c’est une belle compilation de leur répertoire (accompagnée d’un livret soigné) que propose ici le label Sterns. (Sterns Africa, sur We7) 8,5/10


Leave a comment

Discographie est-africaine

//www.kentanzavinyl.com/Site/LABELS_INDEX_files/shapeimage_10.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.

Juste un lien vers ce site, KenTanza Vinyl, qui s’efforce de créer une discographie complète de tous les 45 tours édités en Afrique de l’Est, avant l’apparition de la cassette et du cd. Musiques du Kenya, de Tanzanie et du Congo. Tout un répertoire peu connu et peu recherché ici en Belgique mais où il y a des perles (par exemple le cd Before benga ou The Tanzania sound).