bruxelles | bangkok | brasilia

de A à Z, le monde en musiques


Leave a comment

Bermudes (II) – cornemuse

La culture britannique est encore très présente aux Bermudes, avec de nombreux groupes de cornemuses, même si cela semble un peu bizarre !

Bermuda Island Pipe Band:

Rendez-vous la semaine prochaine pour les musiques du Bhoutan !

Advertisements


9 Comments

Peut-on juger de la qualité d’un disque d’après le vêtements des artistes ?

Peut-on juger de la qualité d’un disque d’après le vêtements des artistes ?

Je ne devrais peut-être pas écrire cet article. On risque de m’accuser de mauvaise foi. Et pourtant, deux exemples récents ne font que s’ajouter à la longue liste de disques que je sais que je vais détester juste à la vue des vêtements des artistes. Il est vrai aussi que je suis assez sensible aux jolies choses et que j’ai des goûts assez tranchés. D’ailleurs,  si vous venez sur ce blog pour trouver de belles voix (en polyphonie ou pas), de la world trafiquée sans aucune âme et autres musiques de bobos ou néo-hippies, passez votre chemin… J’exècre ça et cela ne fait que nuire à l’image des musiques du monde. Et si j’en parle, ce sera pour dire le mal que j’en pense ! (Et cet article pourrait s’appliquer à de nombreux artistes d’autres styles, d’Abba à Mötley Crüe.)

Je vous montre les deux exemples ?

Le premier est Elisabeth Vatn, Piper on the roof et ses vêtements déstructurés, mêlant grosse laine (est-ce que ce sont des jambières de bras ?) et coton à l’ancienne, le tout sur un pantalon à la Tintin. Je ne voulais pas m’arrêter à ça: a priori un disque sur les cornemuses scandinaves pouvait être intéressant… mais en encodant le disque, je trouvais qu’il y avait déjà un peu trop d’instruments (dont des synthés qui sont rarement bien utilisés en musique du monde). L’harmonica à la Toots Thielemans et les expérimentations new age-isantes m’ont achevé. Hop, une note de 3/10 ! (Six morceaux en écoute sur myspace)

Le deuxième est d’Alla Fagra, Vata pussar. Les vêtements ne mentent pas: nous voilà propulsés en 1970, en pleine période hippie, y compris dans la musique. Franchement, je n’y arrive pas, surtout cette jupe faite de bouts de chiffons ! 3/10 (Cinq morceaux en écoute sur myspace)

Evidemment, vous allez peut-être me dire que de très bon artistes s’habillent mal et que d’autres, très mauvais, s’habillent bien… Et que les goûts et les couleurs…


2 Comments

Sur la platine (Décembre 2008 – I)

Encore un mois passé à toute vitesse, mais non sans quelques découvertes / confirmations:

Boom Pam: Puerto Rican nights: ou si Dick Dale (et sa guitare surf) s’était aventuré dans les Balkans et en Méditerranée. Avec un bon gros son de tuba pour ponctuer le tout.

Tagaq: Auk/blood: bientôt dans la Sélec 3, chant de gorge inuit contemporain. Album viscéral et aux ambiances fantomatiques.

Lydia Mendoza: The best of. La alondra de la frontera: la reine de la musique tejano, aux sonorités mexicaines un peu rétro.

Yom: New king of klezmer clarinet: un pochette digne d’une star de rock ou de techno, un clin d’oeil en fait à la personnalité excentrique et extravagante du clarinettiste klezmer Naftule Brandwein.

Erwan Keravec: Urban pipes: expérimentation sur les sons de la cornemuse, dévoilant toutes ses facettes.

Murat Aydemir: Murat Aydemir: solo de tanbur, dans des compositions et dans l’interprétation de grands maîtres.

Deux albums montrant la vitalité du folk anglais actuel: Faustus: Faustus et Spiers & Boden: Vagabond, tous deux sur l’excellent nouveau label Navigator. Nouvelle chanson traditionnelle anglaise.

Deux albums fantastiques pour la musique et pour les informations dans les livrets (et accessoirement pour leurs titres à rallonge): Orchestre Poly-Rythmo de Cotonou: The vodoun effect 1972-1975. Funk & sato from Benin’s obscure labels (Analog Africa No.4): afro funk du Bénin basé sur des rythmes vaudous et Franco & le TPOK Jazz: Francophonic. Africa’s greatest. A retrospective vol. 1: 1953-1980: Franco et la rumba africaine dans toute sa splendeur.

La déception du mois:

Calypso Rose: Calypso Rose: annoncé comme le Buena Vista Social Club (aïe) du calypso, c’est finalement un album trop produit qui est bien plus reggae, ska ou soul que calypso.


Leave a comment

Cornemuses

carte réclame, sujet étranger

La cornemuse est un instrument fort répandu en Europe. Un site internet, Cornemuses d’Europe et de Méditerranée, vient donner de nombreuses informations à ce sujet. Il essaie de montrer tous les aspects de l’instrument, avec photos et images.

Suggestion d’écoute: Global bagpipes, qui élargit le champ au Moyen-Orient et à l’Afrique du Nord.