bruxelles | bangkok | brasilia

de A à Z, le monde en musiques


Leave a comment

Brésil (II) – bumba-meu-boi

Le bumba-meu-boi est un spectacle populaire de rue qui existe sous différents noms dans tout le Brésil. Sous cette appellation, il désigne une fête de la Saint-Jean de l’état de Maranhão, dans l’est du Brésil, racontant la légende de la mort et de la résurrection d’un bœuf. Les origines sont controversées: indiennes, africaines ou ibériques ? La musique du clip suivant a été enregistrée en 1938 lors d’une mission de collectage des traditions du Brésil.

Missão de Pesquisas Folclóricas – Oh lua nova, oh lua cheia (1938):


2 Comments

Bolivie (I) – 78 tours

La Bolivie est un pays situé au centre de l’Amérique du Sud, enclavé par le Brésil, le Paraguay, l’Argentine, le Chili et le Pérou. Avant la colonisation espagnole au 16e siècle, le territoire formait une partie de l’Empire Inca. Il a connu son indépendance en 1809 sous l’impulsion de Simon Bolivar. Les paysages sont très différents, allant de la forêt amazonienne à la cordillère andine, et les populations qui l’habitent sont très mélangées: Amérindiens, métis, Européens…  Les musiques ont été très longtemps influencées par l’Europe, gommant les traditions indigènes. Il existe cependant des enregistrements en 78 tours de musique “folklorique”, comme celles que propose le blog Excavated Shellac (une fois de plus, une de mes sources). Felipe V. Rivera était un excellent joueur de charango, un genre de petite guitare des Andes et de flûte quena. Voici un enregistrement qu’il a effectué pour Victor en 1931.

Felipe Rivera y su Orquesta Típica Boliviana – Caminito a Yavi


Leave a comment

Autriche (I) – yodellied

L’Autriche n’a peut-être pas de bord de mer mais montagnes et lacs proposent des paysages idylliques de carte postale romantique. Vienne, ville de nombreux compositeurs classiques qui ont été soutenus à la cour des Habsbourg, sans oublier son beau Danube bleu, complètent ce décor souvent un peu tarte à la crème. Comme dans les pays montagneux voisins, le yodel a à nouveau une place de choix, qu’il soit traditionnel, kitsch ou moderne. Il y existe également une tradition de musique instrumentale ou accompagnée de chanson, qui flirte parfois avec le Wienerlied.

La première artiste dont je parlerai ici constitue une bonne continuation du dernier article australien: Mary Schneider a en effet été inspirée et influencée par elle. Minna Reverelli était la Jodelkönigin du Café “Platzl” à Munich mais elle est née à Vienne. Pendant sa carrière, elle a tourné partout en Europe, interprétant des chansons ponctuée de magnifiques yodels que Bart Plantenga (1) compare aux prestations vocales d’Yma Sumac. Elle a enregistré des disques entre 1929 et 1932 avant de disparaître en 1941, sans doute parce qu’elle était juive (une autre version prétend qu’elle a émigré aux États-Unis en 1952 mais toute trace a été perdue par la suite). Admirez ses talents vocaux dans le clip suivant:

Minna Reverelli, Kirta Is


4 Comments

Argentine (II) – tango

Le tango, une musique et une danse à la fois sensuelle, rythmée et pleine de passion. Masculine aussi. Et qui s’est répandue comme une trainée de poudre dans une grande partie du monde, de Paris à Istanbul, de Berlin à Helsinki. Des livres entiers ont été écrits sur le sujet, des milliers de disques ont été enregistrés. Et comme c’est un sujet relativement connu, je ne m’attarderai dessus avec un seul article, préférant consacrer les autres de cette série à des styles moins connus ou plus actuels.

Le tango est une musique urbaine, née à la fin du 19e siècle dans le quartier du port de Buenos Aires et mélangeant les traditions des différentes populations qui y vivaient ou y passaient, Européens fraichement immigrés, métisses, noirs et autochtones. Les influences viennent du flamenco, les mélodies d’Italie du Sud, de la habanera cubaine, des percussions africaines, des polkas et mazurkas européennes, de la contredanse espagnole et des milongas, les chansons des gauchos argentins. A l’origine, c’est une musique associée à la prostitution, où machisme et violence sont de mise. La danse a ce côté possessif et menaçant en même temps.

Le succès mondial vient avec Rudolph Valentino: dans The four horsemen of the apocalypse (1921), il joue le rôle d’un gaucho. Or un gaucho ne danse normalement pas le tango mais à Hollywood tout est possible.

Carlos Gardél (1) contribuera également à la popularisation du tango dans le monde entier. Sa carrière coïncide avec le premier âge d’or du style et avec le développement de la tango-canción dans les années 1920 et 30. C’est sa voix que l’on retient, une voix qui rime avec tango, une voix suave et arrogante en même temps.

Sus ojos se cerraron, issu du film El día que me quieras (1935):

Astor Piazzolla renouvelle le style dans les années 1960. Il crée un tango plein de passion et de sensualité, très intense et souvent très filmique. C’est un des premiers artistes de “musique du monde” dont j’ai écouté et aimé un album entier, The rough dancer and the cyclical night (2). Le morceau Finale (Tango apasionado) est utilisé dans le film de Wong Kar-Wai, Happy Together:

Je vous mets aussi un extrait d’un autre album, Tango: zero hour (3): Concierto para quinteto.

Je pourrais aussi vous parler du tango electronico à la Gotan Project, mais je suppose que vous avez déjà entendu ça !


3 Comments

Albanie (I) – 78 tours

Petit pays oublié de l’Europe du Sud, l’Albanie n’est que peu représentée sur la scène musicale. Marqué par des années de communisme isolationniste, il est aujourd’hui synonyme de corruption, désastres économiques, mafia très présente et problèmes sociaux. Or, le pays a gardé de nombreuses traditions musicales très spécifiques et très différentes du reste de l’Europe (à part peut-être de l’Épire en Grèce) tout en s’engouffrant dans le monde de la pop internationale du plus mauvais aloi. Le territoire actuel du pays n’est qu’une infime fraction de l’Empire Ottoman qui a dominé la région pendant plus de quatre siècles mais qui n’a que peu influencé la musique. L’essentiel du pays est recouvert de montagnes accidentées et est difficilement accessible. Le reste est composé de plaines côtières, longeant la mer Adriatique et Ionienne.

Plusieurs compagnies de disques ont réalisé des enregistrements en Albanie même ou de musiciens albanais vivant à l’étranger dès la fin des années 1920. Pendant l’été 1930, A. D. Lawrence de HMV a enregistré plus de 100 morceaux (1) tandis qu’un an auparavant, la Columbia Graphophone Company avait réalisé environ 300 enregistrements. Bref, une production prolifique dont une partie était destinée aux Albanais émigrés aux États-Unis.

Via Excavated Shellac, je vous propose ce morceau (plus d’explications et une interprétation plus actuelle viendront dans le prochain billet):


Leave a comment

Sur la platine: Etats-Unis (essai de rattrapage VII)

Pour ce dernier chapitre de rattrapage (même si entretemps, les articles suivants auront aussi un petit goût de déjà passé), deux enregistrements historiques et un hommage:

Bloody war. Songs 1924-1939: Tompkins Square présente à nouveau une très belle anthologie d’enregistrements d’archives, de 78 tours sur le thème de la guerre: la guerre de Sécession, la guerre hispano-américaine et la première guerre mondiale. Les chansons sont interprétées par des artistes old time et hillbilly de l’époque, s’accompagnant d’instruments solo ou de petits ensemble. (Tompkins Square, une plage en écoute) 7/10

Ola Belle Reed, Rising sun melodies: chanteuse old time / bluegrass des Appalaches, réédition de morceaux issus de différents LP des années 70. Chansons traditionnelles accompagnées à la guitare ou au banjo. Une de mes chanteuses favorites de tous les temps, à la voix quelque peu nasillarde mais qui arrive à créer une grande intensité et émotion sur des morceaux qui sont devenus des classiques. (Smithsonian Folkways, avec extraits et pdf du livret) 9/10

Butcher Holler, A tribute to Loretta Lynn: groupe créé par Eilen Jewell pour jouer des classiques de Loretta Lynn. Classiques de la country des années 60 et 70. Interprétation toute simple et très attachante de textes composés par Loretta, sur des thèmes difficiles pour l’époque, l’alcoolisme, l’infidélité… (Signature Sounds, en écoute sur musicme) 7/10