bruxelles | bangkok | brasilia

de A à Z, le monde en musiques


3 Comments

Obsession cambodgienne, suite

Mon obsession cambodgienne continue, me tournant cette fois-ci vers le côté sombre de l’histoire du pays. Parce qu’il faut en parler, ne pas oublier la période de Pol Pot et du génocide cambodgien, surtout quand on sait qu’il y a un mouvement de négationnisme de la part des jeunes Khmers.

Le réalisateur cambodgien Rithy Panh s’exerce à garder la mémoire de son peuple, cette mémoire que les Khmers Rouges ont tant bien que mal tenté d’effacer. Sans relâche, il filme son peuple, son histoire et n’hésite pas à aborder des sujets très difficiles.

J’avais déjà vu il y a quelque temps S21, la machine de mort Khmer Rouge, un documentaire de 2002 dans lequel le réalisateur interroge les quelques rescapés mais aussi les bourreaux de la prison principale de Phnom Penh, S21 ou Tuol Sleng, installée dans une ancienne école. Le hasard a fait que rescapé et bourreau se rencontrent lors du tournage de Bophana, une tragédie cambodgienne. S21 est un documentaire très dur, basé sur la répétition des mouvements, le bourreau montrant comment jour après jour il torturait les prisonniers (hommes et femmes normaux, qui n’avaient rien à se reprocher). Documentaire basé aussi sur les peintures d’un des sept survivants de la prison, Vann Nath, qui a dessiné les tortures pour qu’on n’oublie pas.

Je dois vous avouer que je n’ai pas réussi à voir le dvd jusqu’au bout… et que me retrouvant sur place à Phnom Penh, me souvenant des images, je me suis sentie bouleversée, notre guide racontant ce qu’il avait vécu comme enfant sous le régime des Khmers Rouges.

Continue reading

Advertisements