bruxelles | bangkok | brasilia

de A à Z, le monde en musiques

Allemagne (I) – cabaret

2 Comments

Autant j’étais en manque d’idées pour les musiques algériennes autant il m’a fallu peu de temps pour en trouver pour l’Allemagne alors qu’a priori, ce n’est pas un pays connu pour ses musiques traditionnelles. D’ailleurs, ce ne sont pas des traditions en tant que telles que je vais publier ici mais plutôt un éventail de musiques que je trouve intéressantes à citer, allant du cabaret à une certaine fusion world.

Quand on pense à Berlin, on voit très vite les images des cabarets enfumés de l’entre-deux-guerres, sans doute sous l’influence de Marlene Dietrich et du film Cabaret justement. Je ne supporte plus l’esthétique et les chansons de ce film, trop utilisée dans n’importe quel spectacle burlesque mais il existe bien d’autres choses.

Ambiances de fin de soirée un peu glauques, liberté d’expression et sexualité étaient les ingrédients principaux, surtout au début du 20e siècle.

Claire Waldoff est une artiste et chanteuse connue de Berlin pendant les années 1910 et 20. Elle vivait avec son amie Olga von Roeder et rencontrait souvent d’autres lesbiennes au Damenklub Pyramiden. Avec la montée du nazisme, son succès est retombé et elle a quitté Berlin en 1939 pour ne plus jamais monter sur scène.

Claire Waldoff – Ach Gott Was Sind Die Männer Dumm (Mon dieu, que les hommes sont bêtes)

J’aurais aimé associer ce clip à un morceau d’une chanteuse de cabaret actuelle mais je n’ai pas trouvé de lien audio ou vidéo. Pourtant Ich hab meinen mann geschlachtet (J’ai trucidé mon mari) de Scarlett O’, aussi lesbienne, aurait bien convenu !

Author: Sunalee

Cocktails and gardens. And some sewing and reading.

2 thoughts on “Allemagne (I) – cabaret

  1. Un des avantages de ton tour du monde musical chronologique, c’est de pouvoir passer de musiques aussi différentes que celles d’Algérie à celles d’Allemagne !

    Berlin / Cabaret, oui, c’est inévitable… et j’aurais considéré Kurt Weill comme tout aussi inévitable… avec, par exemple, la magnifique Salomon Song :

    Ou, toujours tirée de l’Opréa de Quat’sous, mais en plus nerveuse, l’excellente “Le Chant des Canons” :

    Mais peut-être préférais-tu une chanson “vraiment” populaire, Kurt Weill étant lui entre le classique et la musique populaire.

    Le chant en allemand, c’est pas ce qu’il y a de plus accessible, c’est sûr, la gutturalité de la langue n’aide pas… j’ai fini par m’y faire grâce, notamment, aux incontournables que sont les opéras de Wagner, lieder de Schubert (et de Schumann, Brahms, Mahler, Richard Strauss), chansons de Kurt Weill… mais le morceau que tu proposes est tout de même assez “hard” de ce point de vue, même moi qui suis habitué à du chant en allemand, j’ai du mal à apprécier ce morceau… en tout cas on est en effet loin du cliché “Marlene Dietrich” de la musique de cabaret hyper suggestive et sensuelle, et c’est bien de montrer que la musique de cabaret ne se réduit pas à cela !

  2. En effet, je crois que je préfère la chanson plus “populaire”, sans ces intonations caractéristiques du chant classique. J’en ai écouté pourtant, mon père en passait tout le temps à la maison mais je n’ai jamais vraiment accroché.
    La langue allemande ne me pose pas de problème, je trouve même que dans l’article suivant, elle sonne très bien, chantée par Ougenweide: elle perd justement toute sa gutturalité pour devenir très douce, mélodieuse. Il est clair aussi que vu le sujet, Claire Waldorf se devait d’être assez dure😉
    Les articles suivant montreront encore d’autres exemples.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s