bruxelles | bangkok | brasilia

de A à Z, le monde en musiques

Persian pop – Nippon pop (Sur la platine – Mai 2010 – II)

7 Comments

Passage un peu brutal des 78 tours juifs à de la pop perse et nippone des années 1960-70: ça aussi c’est Bruxelles-Bangkok-Brasilia !

Pomegranates. Persian pop, funk, folk and psych of the 60s and 70s

Finders Keepers est un label peu connu qui réédite des perles des années 60-70, que ce soit d’Occident ou d’ailleurs. Pomegranates montre la vitalité de la pop iranienne pendant une période de modernisation et d’agitation, à laquelle sera mise un point d’arrêt assez brutal avec le renversement du Shah et la mise en place d’une république islamique en 1979 (tout ça est superbement mis en image dans la bande dessinée Persepolis de Marjane Satrapi). Comme dans beaucoup de pays du monde à la même époque, les musiciens iraniens sont influencés par la musique rock occidentale, par le psychédélisme et créent leur propre version, en y ajoutant des éléments locaux, des rythmes ou des instruments particuliers. Les thèmes de prédilection des chansons sont l’amour et le désir d’amour, utilisant métaphores et beaucoup d’émotion. Une très belle compilation (aux notes très complètes) qui montre une face cachée de l’Iran. (Finders Keepers, avec des extraits) 8/10

Voir aussi l’article de Paco.

Nippon girls. Japanese pop, beat & bossa nova 1966-40 

Peu d’éléments typiquement traditionnels japonais, à part la langue mais un disque frais évoquant une période précise de la pop japonaise. Jusqu’en 1965, le Japon écoutait surtout de l’enka, style de chanson très crooner mais ancré dans la tradition japonaise et la jeunesse voulait autre chose, suite à l’invasion des Beatles et de la pop occidentale. De nouveaux groupes rock se créent, mélangeant mélodies de la British Invasion et des Ventures avec des accords dissonants et des mélodies orientales pour former un style de rock typiquement japonais, connu sous le nom de Group Sounds. Cette compilation nous fait découvrir le pendant féminin, la girl-pop de l’époque, chantée autant en japonais qu’en anglais, légère, yé-yé, bossa nova (Girl form Ipanema est le hit du moment). Compilé et annoté par Sheila Burgel, du site Cha Cha Charming consacré à la girl pop internationale. (Big Beat, sous label de Ace, avec des extraits) 8/10

7 thoughts on “Persian pop – Nippon pop (Sur la platine – Mai 2010 – II)

  1. Ahh … Pomegranates, je l’ai déjà bien écouté !
    08,5 !

  2. Mais… tu es plus rapide que ton ombre !!!!

  3. ça doit déjà faire un peu plus de deux mois que je l’ai déjà écouté, deux ou trois semaines avant l’article de Paco. Internet est magique😉

  4. Ecouté Pomegranates suite à l’article de Paco, du coup je vais me focalisé sur Nippon girls🙂

  5. Pas encore eu l’occasion d’écouter Pomegranates, mais ces commentaires me donnent envie d’y jeter une oreille attentive!

    Concernant Nippon Girls, je suis 100% d’accord! Une jolie anthologie qui témoigne de l’influence des courants pop occidentaux tels qu’ils furent reçus au Japon. Sachant que la culture japonaise a toujours été façonnée par l’apport d’éléments venus de l’étranger, il s’agit là d’un bel aperçu des “fondements” de la “pop japonaise” des années ’80 et ’90 (je pense entre autre à Pizzicato Five qui recyclera massivement les musiques des sixties dans une approche toute japonaise… Mais il est vrai que là, on quitte tout à fait le domaine des “musiques du monde”).

    Sylwan

  6. J’ai en effet souvent pensé à du Pizzicato Five !
    Une petite cote ?

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s