bruxelles | bangkok | brasilia

de A à Z, le monde en musiques

Singapore a-go-go (Sur la platine – Février 2010 – IV)

9 Comments

Singapore a-go-go (Sublime Frequencies)

Difficile parfois de classer des disques… Dans le cas de ce cd, c’est de la musique “du monde” mais très peu de la musique traditionnelle. Quoique. Contrairement à bien d’autres musiques, il y a des références, des sonorités très chinoises, une manière de chanter et même un recours à des morceaux traditionnels comme la plage 2, Tall mountain green.

Mais revenons au contexte, que je reprends des notes de la pochette. Ce disque propose des chansons pop de Singapour datant d’un période assez limitée, entre 1963 et 1975.  Contrairement à la Chine Populaire, la diaspora chinoise en Asie du Sud-Est était exposée aux influences occidentales, via les GI américains et des radios comme Radio Free Asia mais elle connaissait également la musique traditionnelle (l’opéra de Pékin notamment) ou la pop de Shanghai des années 30. L’économie était florissante: les musiciens pouvaient s’acheter des guitares et des orgues électriques et les jeunes achetaient des tournes-disques et des disques. Et tandis que les Chinois de Chine chantaient en chœur des chants de travail, la diaspora créait la pop ! Singapour devint le centre de la production et le style fut connu sous le nom de “a-go-go” ou “off-beat cha-cha”.

Beaucoup de petits labels sortaient des disques de nombreux chanteurs et chanteuses qui changeaient souvent leur nom de scène et s’accompagnaient des mêmes groupes, dont les Stylers est un des plus connus. Les chansons s’inspiraient de diverses sources, d’airs traditionnels, de films, de la Canto-pop, du rock ‘n’ roll occidental.

L’arrivée de la cassette audio marqua la fin de cette ère, le piratage devenant trop facile…

Les personnes qui me connaissent un peu ne seront pas étonnées de m’entendre dire que j’aime beaucoup ce disque. Je m’intéresse beaucoup à la manière dont les musiques pop occidentales ont été intégrées dans des traditions locales pour créer des genres à part entière. La musique cambodgienne de la même époque est un autre bon exemple. En dehors de ça, Sublime Frequencies nous propose ici une compilation dont les morceaux sont bien choisis, variés en style, drôles parfois (Mimi Cat) et qui sont le reflet de toute une époque. (Extraits en écoute ici) Ma note: 8,5/10

Si vous aimez ce style de musique, je peux vous conseiller plusieurs sites et blogs: Questing bandstand (musiques pop des années 60 d’Asie de l’Est et du Sud-Est), un article de Tofu Magazine (scène musicale de Hong-Kong, Macao et Singapour, 1964-69), Radiodiffusion (musiques pop sixties d’Afrique et d’Asie, une série d’articles sur Singapour) et pour une introduction et beaucoup de liens, Psychemusic.

9 thoughts on “Singapore a-go-go (Sur la platine – Février 2010 – IV)

  1. C’est un must have avec la serie CHINESE HITS CLASSICS, publiée à Hong-Kong par EMI des années 90, qui reprenait le catalogue Pathé, d’ailleurs la plage 5 du volume 33 propose une version lounge de Shanghai des années 30 de Tall mountain green ici en version pop 60’s sur la plage 2 et en version orchestrale ici http://www.youtube.com/watch?v=H-d-4hxjij0&feature=player_embedded

    album 8/10

  2. Merci, je voulais en parler mais je n’avais plus les infos sous la main !

  3. Ah tu m’as convaincu, ça me tente décidément bien! Je ne résiste pas non plus aux pop/rock du monde, et quand c’est 60s avec ce qu’il faut de groove et de bonne humeur, je craque. Et sublime frequencies comme Soundway, c’est à 99% de la qualité!

  4. Disons 99% pour Soundway et 90% pour Sublime Frequencies: les enregistrements de Group Doueh par exemple ne sont pas les meilleurs…

    Maintenant, il ne reste plus qu’à convaincre les autres publics !

  5. Excellent! Je l’ai écouté en boucle toute l

  6. Excellent! Dès que je l’ai reçu, je l’ai mis sur la platine pour l’écouter… jusqu’à ce qu’un membre souhaite l’emprunter! Je n’ai donc pas entendu l’extrême fin de l’album, mais ce que j’ai entendu m’a beaucoup plus! Surtout les plages 8, 9 et 10, en raison de leur sonorité “chansons françaises des années ’60”, l’exotisme de la langue en plus.
    Facilement 9/10 pour moi.

  7. C’est vrai que ça fait penser aussi à la chanson française par moments !

  8. 08 / 10.
    J’adore aussi toute cette musique à laquelle je me suis(honteusement ?) initié en 2000 grâce à la BOF de In the Mood For Love.

    Je prépare justement un petit article par chez moi sur Shanghai Nights, une compilation “Made in Pathe” des années 40-50, avec entre autres, des reprises de Patsy Cline, Hank Williams (en cha-cha), …

  9. Dans mon cas, c’est encore plus ancien, c’est à cause de Grace Chang dans “The Hole” (2 ans avant “In the mood for love” – je viens de vérifier) et j’ai été extrêmement frustrée à l’époque ne rien trouver dans le genre sur le net et dans les magasins.

    Je ne connais pas cette compile, ou alors je l’ai honteusement laissé passer dans les nombreuses pubs que j’ai reçues, j’ai un doute maintenant. Bref, j’attends ton article !

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s