bruxelles | bangkok | brasilia

de A à Z, le monde en musiques

Algérie | Mali | Guinée Bissau (Sur la platine – Février 2010 – I)

7 Comments

Il y a pas mal de disques dont j’aimerais dire un mot cette semaine, pas toujours parce qu’ils sont excellents mais parce qu’on en parle (10 pour être précise, vous m’excuserez dès lors si mes commentaires sont limités, ce qui me frustre un peu, parce que certains méritent plus, notamment au point de vue contexte). Trois disques africains pour commencer:

Faudel, Bled memory: après la variété française légèrement orientalisante de Mundial Corrida, ce disque marque un retour bienvenu aux sources, un retour au raï. Il ne faut malgré tout pas s’attendre à une tradition pure et dure mais plutôt à un raï pop, variété, avec des morceaux très connus comme Bambino, interprété jadis par Dalida. (Trois plages en écoute sur myspace). 5,5/10

Kandia Kouyaté, Ngara: enregistrements des années 1980 et 90 de la griotte mandingue originaire de Kita au Mali. Excellent disque d’une chanteuse traditionnelle à la voix claire et puissante, accompagnée à la kora, au balafon et au ngoni et très bel exemple de ce style de musique. (Extraits en écoute ici) 8/10

Kimi Djabaté, Karam: ce n’est pas souvent qu’on entend un disque de Guinée Bissau. Kimi Djabaté est guitariste, joueur de balafon et chanteur et propose une musique sur base des traditions. Mais comme souvent avec le label Cumbancha, elle est lissée, retravaillée pour le public occidental, comme si celui-ci n’était pas capable de supporter des choses un peu plus rugueuses. De plus, les notes au dos du livret sont écrites pour attirer le grand public, citant Toumani Diabaté et Cesaria Evora dans la même phrase ! Un sacré plan marketing mais tout ça est un peu facile; écoutez plutôt Kandia Kouyaté. Mais tout le monde n’est pas du même avis: critique de De la lune on entend tout et de Jazz Blues & Co. (Les cinq premières plages sont en écoute sur myspace) 4/10

7 thoughts on “Algérie | Mali | Guinée Bissau (Sur la platine – Février 2010 – I)

  1. Bonsoir Sunalee,
    Ca m’étonnerait que je perde du temps en compagnie de Faudel. Je passe donc.
    Le Kandia Kouyate : très bien : 7,5
    Par contre, je suis effectivement en complète contradiction en ce qui concerne l’ami Kimi. Peut-être justement parce que je ne suis pas un vrai spécialiste. Tu parles à un moment des mélodies qui sont polissées, pour plaire aux Européens. Et alors, quand c’est bien fait ?
    Tu parlais l’autre jour de l’effort de certains labels qui allaient prochainement distribuer des musiques du monde. Tu considérais que c’était une bonne chose pour éventuellement capter l’attention d’un nouveau public.
    Eh bien, pour moi, le cas de “ces mélodies polissées”, c’est un peu la même chose. Si ça peut permettre ensuite à l’auditeur d’aller vers du “plus authentique”, pourquoi pas ?
    Et dans le cas de Kimi Djabate, on est quand même pas dans l’extrême des blaireaux qui avaient fait un truc avec un ocarina il y a près de 20 ans.
    Je n’ai pas trouvé le disque de Diabate facile. Accessible, tout simplement. Et je me félicite de cette démarche.

    Mettre 3 à des sons horribles pour tes affreux du début de semaine me semblait fort généreux, car là, oui, ça pue la démarche commerciale.

    Ne mettre que 4 à Djabaté me semble, en comparaison, fort sévère.

    Ma note ? 8,5
    (Ecoutez Kandia … et Kimi !^^)

  2. Le côté spécialiste peut jouer en effet. Comme j’écoute énormément de disques par an, je suis devenue très sélective et j’ai beaucoup de mal avec la production “à l’occidentale”. Même s’il y a des exceptions: le dernier album d’Oumou Sangare est fort produit mais je trouve que ça passe très bien.

    J’espère juste comme toi que les auditeurs ne s’arrêtent pas à ces productions un peu lisses et les prennent comme porte d’entrée pour écouter d’autres choses. Je crois aussi que par rapport au Kimi Djabaté, j’ai un gros problème avec le label que je n’arrive pas à cerner. Je devrais faire quelques recherches pour voir qui est derrière tout ça. ça me fait penser à du Real World des débuts, ou du Putumayo.

    Quelqu’un d’autre veut donner son avis sur ce disque ? Au plus de notes il y aura, au plus elle sera équilibrée !

    Quant à mes “affreux” du début de semaine, j’ai bien pire que ça en stock !

  3. J’aime bien, moi, Putumayo ^^
    Et les enfants aussi. Dans le réseau des BM de Lille, on les présente d’ailleurs souvent dans les secteurs jeunesse. Les enfants sont attirés par les pochettes colorées. Et en général, enfants et parents en redemandent.

  4. Ici aussi, tout le monde en redemande. C’est en effet une collection soignée au point de vue look et livrets, avec souvent des morceaux peu connus mais je préfère les Rough Guides qui vont plus loin, qui sortent un peu des musiques “grand public”.

  5. Pour mettre mon grain de sel, je suis pas ultra fan de Putamayo non plus, toujours un peu gentil et inoffensif dans leurs choix (même si c’est bien qu’existent des compiles grands publics)

  6. Sans aucun doute la musique de Kandia des années 80 était magnifique ; dommage qu’il ait fallu attendre Mandekalou pour la voir échapper à des prod’ un peu trop world.

  7. D’où l’intérêt de ce disque qui va droit au but, sans fioritures world.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s