bruxelles | bangkok | brasilia

de A à Z, le monde en musiques

Omar Souleyman, de star pop syrienne à un hype international ?

2 Comments

Espoir musical de l’année selon le NME (5e sur 50 places !), une page complète à son propos dans les Inrockuptibles, Omar Souleyman est sans conteste la nouvelle star des milieux hype. Découvert par le label américain Sublime Frequencies, l’artiste syrien a récemment fait une tournée européenne dans des clubs plutôt orientés rock, subjuguant les auditeurs par des sons assez rudes et plein de distorsion, par des rythmes primitifs et frénétiques peu connus à leurs oreilles, par des synthétiseurs criards et boîtes à rythmes cheap. Mode passagère, besoin d’exotisme, de sonorités venues d’ailleurs, différentes de la musique latino ou des percussions africaines qu’on nous bassine à longueur de journée ? Oui, sans doute. Mais pourquoi cette star locale syrienne et pas l’idole vietnamienne ou le crooner somali ? Pourquoi Omar Souleyman et pas un des nombreux autres artistes du même style qui voyagent de village en village pour animer les célébrations diverses ou un de ces chanteurs qui comme Ali Aldik renouvellent les traditions du dabke.

Il ne faut certainement pas jeter la pierre à Sublime Frequencies qui depuis quelques années édite des musiques issues de cassettes locales, souvent inédites (Cambodge, Myanmar, Iraq…), ou des collages de radios du monde (Corée du Nord, Maroc…). Il ne faut également pas sous-estimer la musique d’Omar Souleyman. Star dans son propre pays, il s’inspire des traditions kurdes et turques, du choubi irakien et du dabke, une musique de fêtes et de mariages qui se danse en cercle et qu’on retrouve dans tout le Levant, du Liban à la Syrie. Son origine vient d’un rythme de travail, celui du piétinement du torchis pour fabriquer les toits des maisons. Au Liban dans les années 60, les frères Rahbani ont popularisé le style en composant de nombreux morceaux pour Fairuz et l’ont élevé au rang de musique nationale ou presque, créant des spectacles de grande envergure avec danses assez spectaculaires.

Quant au disque d’Omar Souleyman, écoutez-le pour ce qu’il est, appréciez-le à sa juste valeur c’est à dire une musique locale, avec ses défauts, un peu kitsch parfois mais possédant une énergie assez incomparable. Et n’oubliez pas qu’il y a plein de découvertes à faire dans d’autres pays du monde !

2 thoughts on “Omar Souleyman, de star pop syrienne à un hype international ?

  1. Ca fait plaisir qu’on a parle de lui, je ne savais pas qu’il était devenu hype🙂

    “Mais pourquoi cette star locale syrienne et pas l’idole vietnamienne ou le crooner somali ? ” Très bonne question. Franchement, c’est assez marrant de voir comment certains artistes passent du ghetto “world music” à la reconnaissance générale des amateurs de musique. Konono n°1 avait également réussi ça récemment. J’imagine qu’il faut que le groupe ait quelque chose d'”électrique” ou de “moderne” qui puisse accrocher l’oreille des fans de rock. Comme le baile funk qui avait séduit les clubeurs branchés par exemple grace à sa similitude avec les musiques électro et hip-hop? Mais en même temps, même parmi ces critères, beaucoup de candidats talentueux, bien peu d’élus de la hype!

  2. Dans un des articles que j’avais lu sur Souleymane, on le comparait en effet à Konono N°1 !

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s