bruxelles | bangkok | brasilia

de A à Z, le monde en musiques

Instruments du monde: le sape

Leave a comment

Dans les musiques du monde, les instruments utilisés sont de toutes formes et de toutes tailles. Leur diversité est immense, même  s’il est possible de les classer en grandes catégories comme cordophones, idiophones, etc. Je commence ici une nouvelle rubrique qui, je l’espère, grandira progressivement. Le premier instrument sur lequel je vais m’attarder vient de Bornéo: le sape.

Le sape (sapeh, sampet, sampeh…) est un luth traditionnel à cordes pincées ou frottées des peuples vivant le long des rivières du centre de Bornéo, souvent rassemblés sous le nom de Dayak, que ce soit à Sarawak (Malaisie) ou à Kalimantan (Indonésie).  Oblong, mince et à caisse plate  évidée prolongée d’un manche court, il est taillé dans une pièce de bois  qui peut atteindre plus d’un mètre. A l’origine, il était assez simple avec ses deux cordes et trois frettes, aujourd’hui le nombre de cordes peut monter jusque cinq. Au point de vue technique, une corde mène la mélodie, les autres marquent le rythme, créant une musique assez répétitive. Il est souvent décoré et sculpté avec des motifs traditionnels.

Instrument rituel, il accompagnait la transe mais il a évolué au cours du temps pour soutenir les danses et le divertissement. Aujourd’hui, il est souvent électrifié. Le répertoire comporte 35 pièces principales, inspirées des rêves, mais il s’agrandit aujourd’hui.

Le disque Masters of the Sarawakian sape est consacré uniquement au sape, électrique et acoustique, tel qu’il est joué de nos jours pour le divertissement à Sarawak par les artistes les plus connus. Il y a un extrait sur Sawaku. Music of Sarawak présentant une danse solo pour hommes des Orang Ulu et sur Bornéo: musiques des Dayaks et des Punans qui inclut également des morceaux de Kalimantan (danse d’accueil des Bahau exécutée par huit femmes dansant autour des musiciens, musique de divertissement des Kelabit et pièce pour remercier les dieux après une chasse aux têtes des Kenyah).

An Anthology of South-East Asian Music: the Kenyah of Kalimantan (Indonesia) est consacré aux Kenyah de Kalimantan qui utilisent le sape ou sampèq pour accompagner les danses d’hommes ou de femmes. La 13e partie de la série de Smithsonian Folkways, Music of Indonesia, Kalimantan strings propose des enregistrements de sape de plusieurs peuples différents, les Kayan et à nouveau les Kenyah. Ils interprètent des airs pour danser (avec ou sans voix) et des airs populaires en duo.

Les photos des instruments viennent de la collection de Randy Raine-Reusch et montrent un ancien et un nouveau modèle.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s