bruxelles | bangkok | brasilia

de A à Z, le monde en musiques

Vinyan

7 Comments

Se laisser emporter par les images, s’abandonner aux sons, s’envelopper dans les ambiances, laisser la pluie et la sueur se coller à la peau…

Vinyan de Fabrice Du Welz

Un film beaucoup critiqué par des journalistes qui n’ont peut-être pas tout compris. D’abord, c’est une coproduction belgo-française, d’un réalisateur belge, avec des producteurs belges et une équipe belgo-française ! Et non un film français ! D’ailleurs si les critiques avaient compris ça, ils n’auraient peut-être pas autant détruit le film… comme le disait Fabrice Du Welz lui-même dans une interview pour Arte, les Français auraient fait un film avec la première demi-heure de l’histoire: le couple Bellmer va-t-il ou non partir à la recherche de leur fils. Et puis, le cinéma fantastique, ce n’est pas très français, c’est mal vu, ce n’est pas assez sérieux.

L’histoire, juste le début: Jeanne et Paul Bellmer ont perdu leur fils lors du tsunami en Thaïlande. Suite à une image très floue sur une vidéo, Jeanne pense reconnaître Joshua et part à sa recherche, avec son mari et avec l’aide de la pègre locale. Cette quête devient une longue descente en enfers, se situant quelque part entre Apocalypse Now (deuxième partie) et Tropical Malady (deuxième partie aussi). L’enfant aurait été enlevé par les “Sea Gypsies” ou Moken, des nomades de la mer d’Andaman, entre la Thaïlande et la Birmanie. Autant Paul tente de rester dans la réalité, ne croit pas à ces images mais entame le voyage par amour pour sa femme, autant Jeanne y croit dur comme fer et tombe petit à petit dans la folie.

Dans la folie ? ou devient-elle aussi un vinyan comme ces enfants qu’on voit dans la deuxième partie du film. Le vinyan, c’est une âme errante, quelqu’un qui est mort mais qui n’a pas encore trouvé le repos, quelque chose de typiquement est-asiatique que l’on retrouve aussi dans le documentaire de Rithy Panh.

Thème de l’eau… il pleut à verse, souvent, la mer toujours, ou la mangrove, la sueur, l’humidité, les bulles comme cette première image qui évoque la noyade.

Travail sur l’image… du plus fluorescent, cru, des néons de Bangkok, des night-clubs ou sex-clubs à la musique tonitruante et aux lumières artificielles à des atmosphères de mer ou de jungle monochromes, brunes, grises, vertes mais d’un vert passé.

Et puis des sons qui enveloppent, un film qui sans sound design ne serait pas le même, et les musiques composées par François-Eudes, électroniques mais très prenantes, envoûtantes, drones de guitare tournant au white noise. Et puis un clin d’oeil à la pop thaïlandaise avec Mike Pirimporn.

Beaucoup de références cinématographiques, certains plans étant des copies d’autres films, le cinéma des années 70, Apocalypse Now de Francis Ford Coppola, Don’t look now de Nicholas Roeg, Cannibal Holocaust de Ruggero Deodato, Les révoltés de l’an 2000 de Narciso Ibanez Serrador.

Une scène assez incroyable au point de vue technique: le plan séquence dans les ruines, tourné en une seule prise et qui a demandé bien des acrobaties au caméraman (voir la deuxième partie du making of sur le blog de Fabrice Du Welz)

Le film a ses défauts, quelques longueurs, mais c’est une production si différente de ce qui se fait habituellement dans nos contrées que je voulais surtout en dire du bien. C’est une question de se laisser prendre, de se laisser immerger dès le début, sinon il est clair qu’on peut passer à 10.000 lieues de ce film.

Lien 1: interviews de Fabrice Du Welz et d’Emmanuelle Béart

Lien 2: le site officiel, avec une idée de l’ambiance sonore

Lien 3: le blog de Fabrice Du Welz pour le film, avec de très jolies chemises de l’ingénieur son et le making of

Lien 4: les photos de Marcel Hartmann

7 thoughts on “Vinyan

  1. Après cette belle présentation, je n’ai plus d’autre choix que d’attendre le dvd ! Cette photo de temple en ruines m’en rappelle d’autres vues récemment, de temples cambodgiens envahis par une végétation luxuriante. Tu connais sûrement…

  2. Je veux bien faire une soirée-DVD avec krotchka alors… j’ai peur d’avoir très peur, à vrai dire (quand je vois comme j’ai fait dans mon froc à la scène finale de “Don’t look now” – et connaissant le cinéma de Fabrice du Welz – j’aime autant être en un lieu sûr)😉

  3. j’ai aussi eu peur d’avoir très peur, et puis non, ça a été. Fabrice Du Welz recherche plus à créer des ambiances qu’à faire peur dans ce film-ci. Je ne peux pas comparer à Don’t look now, je n’ai vu que le début…

  4. Regarde la scène finale ! J’étais enroulée dans ma couette, avec rien qu’un petit trou pour passer un oeil ! Le suspense est à la limite du soutenable, et le pire, c’est qu’à aucun moment, on ne sursaute, ce qui laisse une impression de tension énorme par la suite.

    Cela dit, “Calvaire” m’avait peut-être fait un sacré choc aux cinéma, ça ne m’a pas empêché d’en rire (jaune) par la suite. Mais à ce que j’ai compris, “Vinyan” est beaucoup moins drôle…

  5. Je ne suis pas très “film”, mais en tout cas les images donnent envie d’en savoir plus!

    Bonne soirée!

    Mademoiselle M.

  6. J’avais mis tout ça de coté et maintenant j’ai tout lu. Merci sunalee😉
    Bravo à Fabrice qui en a où je pense pour faire un film pareil.

  7. Je trouve aussi, ça manque des réalisateurs comme ça en Belgique ! parce que les frères Dardenne, ce ne sont pas eux qui vont faire avancer le cinéma !

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s