bruxelles | bangkok | brasilia

de A à Z, le monde en musiques


Leave a comment

Cambodge (IV) – 60’s pop

Les Khmers Rouges ont interdit la musique, à part les chants officiels patriotiques, et ont poursuivi les musiciens et chanteurs. Il y a un avant et un après, et surtout une certaine nostalgie du passé. Dans les années 1960 et au début des années 1970, c’était l’âge d’or pour la chanson pop. Des chanteurs comme Sinn Sisamouth et Ros Sereysothea interprétaient de la musique traditionnelle, de la pop occidentale, du rock’n’roll, du mambo, de la chanson française… Les disques ont été précieusement conservés par les Khmers et réapparaissent depuis quelques années. Pour trouver des versions non transformées (ajout de synthés et rythme accéléré), la chaîne youtube Cambodian Vintage Music est une excellente source. Un documentaire sur le sujet vient de sortir (je n’ai pas encore eu l’occasion de le voir) : Don’t think I’ve forgotten.

Ros Serey Sothea – Chnam Oun Dapram Moy (the Best Version), un classique pour commencer !:

Sinn Sisamouth – Champa Battambang, une chanson romantique:

Sinn Sisamouth – Kale Oun Ram Monkeys, un twist:


Leave a comment

Cambodge (III) – ramvong

Le ramvong est une danse populaire, en cercle, et caractérisée par de gracieux mouvements de mains. De nombreux artistes ont interprétés des chansons sur ces rythmes et youtube déborde de clips.

Ramvong Huoy Meas – Im Song Soeum – Chhun Vann, ou trois artistes des années 1960 pour 25 minutes de ramvong:

Ramvong – Khmer ramvong karaoke (Srey Toch Chamnab), ou un exemple tiré d’un des nombreux dvd de karaoké, avec les mouvements de danse:


Leave a comment

Cambodge (II) – danse des apsaras

Il y existe deux styles de danse au Cambodge: le ramvong qui est une danse populaire et la danse classique. Les bas-reliefs d’Angkor montrent les apsaras et les musiciens. Ce ballet classique a survécu jusqu’à aujourd’hui, même s’il a failli disparaître avec les Khmers Rouges. Les danseuses sont accompagnées par l’ensemble pinpeat et les scènes décrites sont souvent issues du Ramayana.

Danses Royales au Cambodge / Royal Ballet of Cambodia (1910):

Ballet royal du Cambodge au Festival de Fès 2010


Leave a comment

Cambodge (I) – chapey

Le Cambodge est un pays d’Asie du Sud-Est bordé par la Thaïlande, le Laos et le Vietnam, et avec un accès à la mer sur le Golfe de Thaïlande. C’est sur son territoire mais aussi bien au-delà de ses frontières actuelles que s’étendait l’empire Khmer du 9e au 14e siècles. Le site d’Angkor redécouvert au 19e siècle en est le vestige le plus important et imposant. Sous protectorat français à partir de 1863, l’état devient indépendant en 1953. S’ensuit une période sous le règne de Sihanouk, puis une période très troublée dès 1970. L’arrivée des Khmers Rouges en 1975 réduit le pays à néant, tuant au passage plus de 20% de la population. Ces dernières années, le pays est devenu une destination touristique prisée et un pays dont je suis moi-même tombée amoureuse. Le nombre d’articles sera donc démesurément grand par rapport à la taille du pays et au nombres de traditions existantes.

Depuis des siècles, des musiciens itinérants allaient de village en village, parcourant les campagnes et interprétant des chansons douces-amères, comiques ou satyriques. Ils s’accompagnaient d’un luth chapey à long manche. Kong Nay est un des seuls maîtres qui a survécu le génocide et aujourd’hui, il fait tout pour partager son art. Des artistes actuels comme Dengue Fever ont collaboré avec lui.

Kong Nay – Khmer chapey, un extrait de 20 minutes d’un concert:

 


Leave a comment

Burundi (I) – tambours

Petit pays d’Afrique Centrale,  à l’est de la R. D. du Congo, le Burundi est situé dans la région des Grands Lacs. Les ethnies Twa, Hutu et Tutsi occupent le territoire mais de nombreux désaccords entre eux ont causé des troubles politiques pendant le 20e siècle. Ancienne colonie allemande puis belge, le pays est indépendant depuis 1962 et est aujourd’hui une démocratie présidentielle. Pour ce dernier pays commençant par la lettre B, je ne vais pas être très originale dans mon choix musical. Les groupes de tambourinaires ont toujours été un élément important dans la vie culturelle des cours royales et les enregistrements effectués par le label Real World en 1987 ont fait le tour du monde. L’énergie déployée et la puissance sonore sont vraiment étonnants.

The Royal Drummers of Burundi (Gishora Village) oct.2011

Rendez-vous la semaine prochaine pour les musiques du Cambodge !


2 Comments

Burkina Faso (I) – 70s

Pays d’Afrique de l’Ouest, le Burkina Faso, anciennement Haute-Volta, n’a pas d’accès à la mer et est entouré du Mali, du Niger, du Bénin, du Togo, du Ghana et de la Côte d’Ivoire. Plus de 60 groupes ethniques occupent son territoire, mais les Mossi dominent, composant 40% de la population. Les autres peuples se retrouvent également dans les pays voisins et les traditions musicales passent souvent les frontières. Je pourrais m’appesantir sur les musiques de griot pour balafon ou les percussions djembé mais je ne le ferai pas. J’ai une sainte horreur de ces tambours depuis qu’ils ont été une mode en Occident et que des dizaines de disques – souvent peu originaux – ont envahi le marché. Aujourd’hui encore, quand je dis aimer les musiques du monde, beaucoup de personnes me demandent si j’aime le djembé. J’ai tout simplement envie de les étrangler mais les bonnes manières me retiennent (vous êtes prévenus !). Saviez-vous par contre qu’il existait dans les années 1970 une scène musicale locale assez active ? Malgré l’absence de studios d’enregistrement et d’usine de pressage de vinyles, de nombreux groupes ont sorti des disques, allant dans les pays voisins pour les produire. Voici un morceau assez répétitif et assez lent, aux guitares électriques, des Djins de Ouagadougou.

L’ orchestre les Djins de Ouagadougou – Volta kamba (1976)

Rendez-vous la semaine prochaine pour les musiques du Burundi !


Leave a comment

Bulgarie (IV) – chalga

Le chalga est une musique actuelle, pleine d’électronique, pop, assez kitsch, avec des airs orientaux et souvent interprétée par des artistes d’origine tsigane. Azis est assez célèbre depuis quelques années, et pas que pour ses chansons (décrites par le Rough Guide comme “a goulash of Balkan, bhangra ans pop styles”).

Azis – Sen trope:

Evidemment, il est possible aussi de rester dans le ringardise totale, comme le Makazchievi Duet:

Rendez-vous la semaine prochaine pour les musiques du Burkina Faso !

Follow

Get every new post delivered to your Inbox.

Join 28 other followers